René Nicollet

Par Michel Mancip

Originaire de la région grenobloise, et passionné de football depuis toujours, René Nicollet évoluait aux clubs de La Buisserate jusqu’à ce qu’il rencontre, au cours d’un voyage en Grèce, Mainie, qui devint son épouse. Il la suivit à Paris où elle travaillait, mais ne se faisant pas à la vie de la capitale, tous deux sont revenus s’installer à Seyssinet-Pariset avant d’emménager, en 1974, sur la commune.

Sa passion du football ne l’ayant jamais quitté, c’est sans attendre qu’il s’engage au FC Versoud en tant que dirigeant. Tout d’abord en entraînant les plus jeunes, et en les accompagnant sur les matchs, mais également avec les féminines, prenant la suite de Raymond Aguila et Dédé Olguera, et impliquant par là même son épouse et ses deux filles qui ont intégré l’équipe.

Les souvenirs vont resurgir

René Nicollet s’est également occupé des cadets. Ainsi pendant vingt ans, de 1974 à 1994 il a rempli son rôle d’entraîneur, conduisant tous les week-ends les enfants ou les jeunes sur le stade.

René a pris sa retraite footballistique en même temps que sa retraite professionnelle sans toutefois jamais s’éloigner du club, même s’il ne retrouvait plus trop dans le club l’état d’esprit des débuts. Et au bout de 20 ans il y avait aussi la nécessité de faire un break et de se tourner également vers d’autres activités, comme la pétanque, son autre passion. Cela ne l’empêche pas de continuer à se rendre régulièrement au stade et d’encourager les équipes du FCV, toutes catégories confondues : « Depuis quelque temps il y a un bon état d’esprit, dit-il, et j’ai du plaisir aller voir jouer ces jeunes. »

Pour René, ce 22 juin sera un moment de retrouvailles où les souvenirs vont sans nul doute resurgir à foison.